AMVPAC.com

Association pour la Mise en Valeur du Patrimoine Architectural du Calaisis

Acheter la rose

Procurez-vous la Rose « Notre Dame de Calais », créée pour le futur jardin d'inspiration Tudor.

Bon de commande

Achat Champagne

Participez à la restauration le l'église « Notre Dame de Calais » en achetant le Champagne Sélèque.

Bon de commande

Achat Livre

Participez à la restauration le l'église « Notre Dame de Calais » en achetant le livre « La prise de Calais par le Duc de Guise, l’histoire d’un tableau »

Bon de commande

École Sup. Arts Saint-Luc

Blog sur la restauration du tableau réalisé par Villeneuve en 1852 d’après Picot, « La Prise de Calais par le Duc de Guise en janvier 1558 ».

Accéder au blog

Les fonts baptismaux de l’église Notre-Dame, restaurés, ont retrouvé leur emplacement d’origine.
Cet ensemble en pierre de Soignies, datant du XVe siècle, avait été démonté après la Seconde Guerre Mondiale.
Les 3 éléments la cuve, le pied et le soubassement étaient remisés dans la chapelle de la Vierge avec divers débris et éléments architecturaux dégagés des ruines.
D’un commun accord, la Ville de Calais et le conservateur régional des Antiquités et Objets d’Art décidèrent en 2004 de restaurer ce très bel et rare élément mobilier.
Les établissements Galant procédèrent à l’enlèvement des fonts, et dans leur atelier du Quesnoy, reconstituèrent le pied accidenté.
La pierre a été par la suite polie et cirée.
Le 21 janvier, les fonts furent scellés à leur emplacement d’origine, à l’angle Ouest du bas-côté Nord de la nef.
L’assemblage fut réalisé en utilisant une colle époxy.
Le résultat est superbe, les fonts ont une présence très forte dans l’église.
Enfin rappelon qu’Yvonne Vendroux, future épouse du Capitaine De Gaulle, fut baptisée sur ces fonts.

Contrairement à ce qui avait été annoncé dans l’une de nos pages (voir cette ancienne info) la rénovation du tableau de Gérard Seghers « représentant l’Assomption de la Vierge » commencera probablement au début de cet été 2005.
De plus, en raison de ce report, le musée ne pourra plus recevoir cette oeuvre monumentale, c’est donc dans l’église Notre-Dame de Calais que sera restauré le tableau.

Le motif de ce report est dû à une petite erreur de saisie !

En effet, une différence de 60 centimes d’euros était apparue entre le devis d’origine et la facture récemment établie.
Au point de vue administratif les deux sommes doivent être rigoureusement identiques, ceci n’étant pas le cas le dossier a donc été momentanément bloqué.

La Tribune de l’Art (un de nos partenaires) consacre dans sa rubrique « nouvelles brèves » un bref article à propos de l’église Notre-Dame de Calais.

Lire l’article

Et pourquoi pas une souscription pour rénover « La Mise au Tombeau » ?

C’est à partir de cette idée que se sont associés, l’AMVPAC l’Association pour la Mise en Valeur du Patrimoine Architectural du Calaisis, le Lycée Sophie-Berthelot (représenté par deux étudiants en BTS Force de Vente, Brian Dewet et Anaïs Devin, leur professeur Mme Nathalie Willard) ainsi que Nord Littoral qui informera régulièrement les lecteurs sur le nombre de souscriptions.

Les Calaisiens qui le souhaitent pourront ainsi apporter leurs généreuses contributions en souscrivant des bons de 10 euros ou plus. (Une réduction d’impôt à hauteur de 60% des dons est appliquée. Pour plus de renseignements, appeler le 03.21.34.41.09).

Le but de ce projet est de parvenir à réunir la somme de 10 000 euros, pour permettre de rénover entièrement cette oeuvre qui date du XVIIe siècle.

Pour obtenir plus de détails sur « La Mise au Tombeau »

Lire l’article de Nord Littoral du Samedi 11/12/2004

Lire l’article de La Voix Du Nord du Samedi 11/12/2004

 

L’un des plus beaux retable de la région, celui de Notre-Dame de Calais, vient de retrouver deux de ses sculptures, leur disparition n’avait duré que 60 ans.

Ces deux pièces en albâtre, une frise et une tête d’angelot viennent d’êtres restituées par Jean Gardy, membre et ancien président des amis du Vieux Calais, en présence de Michel Lenglin, adjoint au tourisme et au patrimoine de la ville de Calais, et de quelques membres de l’AMVPAC.

Pourquoi ces deux pièces et tant d’autres ont disparu ?

L’explication est très simple : 8 jours avant la libération de Calais, l’église Notre-Dame fut la cible, par erreur, des bombardements anglais.
Elle se retrouve alors éventrée, livrée aux intempéries et aux jeunes de l’époque qui avaient fini par trouvé dans ces lieux un terrain de jeu idéal.
Jusqu’au début des années 70, l’église reste ainsi à l’abandon. On constate alors que beaucoup de personnes, « ramassent » des débris jonchant le sol sans penser qu’ils dépouillent « petit à petit » l’église « en guise de souvenir », disait-on à l’époque !

Si vous possédez des objets en provenance de l’église n’hésitez pas à entrer en contact (voir le menu contact) avec l’association, l’anonymat sera entièrement garanti.